Quartier du Bourg | 1700 Fribourg | Suisse

Le Bourg sera à la fête cet été

Elisabeth Haas

Fribourg
Elle a grandi dans le quartier du Bourg, et Fribourg reste son port d’attache.
Joséphine de Weck ne pouvait monter son festival que dans ce quartier. La comédienne dit aimer les «lieux insolites» pour la création théâtrale: la terrasse
du café du Belvédère, le jardin Nussbaumer, la «place sans nom» – grande terrasse privée dans le sillage du pont de Zaehringen – se sont imposés à
elle comme des lieux idéals à investir, au coeur de l’été. Du 3 au 6 août prochain, elle fera revivre Bourg-en-scène, un «format» qu’elle avait inauguré
il y a deux ans, sur les mêmes scènes à ciel ouvert, sans oublier la place de l’Hôtel-de-Ville, qui accueillera la tente du festival et les concerts en fin de soirée. La programmation a été dévoilée hier. Cette deuxième édition se
veut bilingue (voir plurilingue), ouverte à tous, à l’image des spectacles du duo clownesque

Les Diptik: la Fribourgeoise Céline Rey et l’Américain David Melendy offriront les premières représentations d’une pièce toute fraîche, Schlousse. Cette création s’inscrit dans la volonté d’encourager les jeunes professionnels. Dans le genre de la danse-théâtre, la compagnie bernoise Unplush présentera
une pièce interactive, où le public influe sur le cours de la narration. A la croisée de la performance et des arts plastiques, les Bruxellois de Crash Club proposeront une réflexion autour de la relation de l’humain à la technologie.
L’affiche musicale réunira la world-électro orientalisante
d’Horizon liquide (avec la Fribourgeoise Laure Betris), le rock psychédélique du groupe genevois The Cats Never Sleep, le rock sixties des Zurichois de
Naked in English Class. Le marché du samedi matin, à la Grand-Rue, sera animé par les

rythmes latinos du duo Arkaï (guitare-chant). Joséphine de Weck a confié la restauration au Tunnel, qui assurera aussi le brunch du dimanche, suivi par
un concert du trio du pianiste jazz fribourgeois Stefan Aeby. Une dizaine de commerçants du quartier seront intégrés au festival en ouvrant leurs portes,
dont un atelier de couture. Durant les quatre jours de Bourg-en-scène seront également exposées les photos de Jean-Yves Piffard, un artiste du quartier. Il mettra en scène le Bourg comme «terre d’accueil» en montrant «des plantes qui n’ont pas été invitées, qui prennent racine sans permission», entre deux pavés ou à côté d’une bouche d’égout. Une installation en forme de métaphore,
pour évoquer les populations immigrées ou réfugiées. L
ELISABETH HAAS
bourg-en-scene.ch
Le 26 mai, dès 22 h, soirée de soutien
organisée au Mouton Noir.

LA LIBERTÉ | JEUDI 18 JUIN 2015